Alertes de la Cosumaf

Présentation

L’une des missions de la COSUMAF est la protection de l’épargne, notamment par la mise en garde des investisseurs lorsque la COSUMAF constate l’offre de produits contraires aux lois et règlements (proposition de commercialisation de produits non autorisés ou démarchage par des personnes non habilitées à le faire).

Les règles de prudence élémentaire

De façon générale, la COSUMAF rappelle aux investisseurs de la zone CEMAC la nécessité de faire preuve de la plus grande prudence face à des produits ou des services financiers proposés par des sociétés inconnues, soit sur des sites Internet, soit à l’occasion de courriers électroniques non sollicités (spam).

Attention : les personnes qui seraient tentées d’investir dans des produits ou placements financiers n’ayant pas été autorisés à être commercialisés dans la zone CEMAC, ne sont pas protégées et les recours à leur disposition se révèlent restreints.
Il est donc très important de vérifier, avant de prendre une décision, que la société qui vous propose un produit est bien agréée et que le produit qu’elle vous propose est lui aussi agréé.

Pour vérifier si une société est agréée
Pour vérifier si un produit est agréé
Si vous avez à faire à un prestataire de services d’investissement autre qu’une société de bourse (courtier, établissement de crédit, etc.), vérifiez auprès de la COBAC qu’il est bien agréé.

Vous pouvez également contacter la COSUMAF à l’adresse courriel contact@cosumaf.org pour demander des informations ou signaler un site ou un démarchage dont vous auriez fait l’objet.

Les ‘arnaques’ les plus fréquentes.
La « filière nigériane »

Qu’est-ce que c’est ? Le principe est simple : permettre de sortir de grosses sommes d’argent de pays où les sorties de capitaux sont limitées, notamment du Nigeria (d’où le surnom donné à cette pratique).

Comment cela fonctionne ?

Le mécanisme est quasiment toujours le même. Vous recevez un message électronique, en général rédigé en anglais, mais de plus en plus de ces messages sont rédigés en français, vous demandant votre aide.

La personne qui vous contacte se présente comme l’héritier (veuve, fils, frère, nièce, etc.) d’un haut responsable décédé d’une administration ou son représentant (avocat, notaire, etc.). Cet héritier vit dans un autre pays que celui du défunt et ne peut pas récupérer l’argent (en général une fortune) placé par le défunt. Il vous explique que cette somme d’argent bloquée dans le pays d’origine du défunt sera, si elle ne sort pas, confisquée par le pouvoir local.

C’est là que vous intervenez. Moyennant une commission alléchante (allant jusqu’à 25%), la personne qui vous contacte vous demande d’ouvrir un compte ou de lui communiquer vos propres références bancaires afin de pouvoir encaisser le montant de fausses factures, permettant ainsi de sortir les fonds bloqués. Elle vous demande également d’avancer des sommes d’argent pour financer certains frais.

Evidemment, une fois ces sommes d’argent versées, vous ne recevez plus aucune nouvelle de cette personne, qui détient toutes vos références bancaires. Outre le fait que vous n’êtes pas protégé lorsque vous investissez dans des produits non autorisés, les moyens à votre disposition pour récupérer votre argent sont, de fait, très restreints.

« Félicitations, vous avez gagné le gros lot ! »

Vous recevez un courrier électronique (ou postal) vous indiquant que vous êtes bénéficiaire d’une somme d’argent (ex. loterie). Les documents qui vous sont adressés revêtent un caractère officiel (tampons officiels, règlement, code barre pour l’identification du destinataire, certificat de dépôt, etc.).
Or, vous ne vous êtes jamais inscrit à une telle loterie ou à un quelconque jeu : pour justifier cette incohérence, il vous est par exemple expliqué que votre adresse a en fait été sélectionnée dans la base de données de l’un des sponsors – anonymes – de cette loterie.
De plus, le message vous annonce qu’il faut faire vite pour récupérer votre gain et, surtout, garder confidentielles les informations qui vous ont été communiquées… car en effectuant, par exemple, une recherche sur Internet, vous risqueriez de vous apercevoir que d’autres « gagnants » de cette loterie ont tous reçu le même message, avec le même numéro gagnant censé correspondre à votre adresse courriel !
En fait, comme dans la « filière nigériane » pour obtenir les fonds qui vous ont été promis, vous devez d’abord acquitter le paiement de frais de dossier et autres taxes, d’un montant modeste au regard du gain espéré. Bien évidemment, une fois ces sommes payées, vous ne recevez ni argent, ni nouvelle. Là encore, les moyens à votre disposition pour récupérer votre argent sont restreints.